Grippe : un vaccin quasi introuvable

18 novembre 2020
Image article


La pénurie de vaccins contre la grippe se poursuit, les pharmaciens s’inquiètent.


Afin de ne pas prendre le risque de cumuler le Covid-19 avec la grippe saisonnière, les Français recourent massivement au vaccin, au point que certaines personnes prioritaires n’ont pu se fournir.

Certaines pharmacies sont toujours en rupture de stock de vaccins contre la grippe. C’est l’un des effets de la crise sanitaire actuelle, les Français ne voulant pas prendre le risque de cumuler le Covid-19 et syndrome grippal. Même ceux qui détiennent un bon de la Sécurité sociale ne sont pas certains d’en obtenir.

Dans un établissement toulousain où s’est rendu BFMTV, le message « vaccins grippe indisponibles – commandes en cours de livraison » s’affiche en lettres majuscules devant les caisses.


« Normalement c’est la place qu’on a pour les vaccins et vous constatez comme moi que c’est malheureusement vide » regrette le pharmacien, Alexandre.

Cela fait déjà 15 jours que ce professionnel subit cette pénurie. « On attend encore une livraison de nos laboratoires indirects, environ une soixantaine (de vaccins), qui devaient arriver la semaine dernière », raconte-t-il.


Une commande de 1,45 million de vaccins


Cette pharmacie n’est pas un cas isolé. C’est l’ensemble du groupe Lafayette qui est touché. « On est plus qu’à flux tendu, on est en pénurie », résume son directeur commercial, Pascal Fontaine.

Aujourd’hui, on n’a plus de vaccins disponibles sur l’intégralité de nos 210 pharmacies », s’alarme-t-il.  » On a passé plus de 120.000 vaccins, qui se sont écoulés quasiment sur une semaine. » Pour y remédier, le secteur espère recevoir un coup de pouce du gouvernement. La France a passé commande aux fabricants de 1,45 million de vaccins.

« On ne sait pas encore comme ils seront distribués, en quelle quantité, si ce sera pour chaque pharmacie pareil, (…) on ne sait pas encore si, justement, on aura une priorisation obligatoire, à savoir les modalités de délivrance des vaccins » s’inquiète Jean-Marie Guillermin, vice-président du conseil de l’ordre des pharmaciens en Occitanie.

Plusieurs enquêtes seraient en cours pour évaluer les besoins dans les établissements de santé et dans les Ehpad. Ce sont eux qui pourraient être prioritaires dans la réception des vaccins commandés par l’État.

Partager l'article sur :

Articles similaires

La presse parle de nous

presse card 1
presse card 2
presse card 3
presse card 4
presse card 5
presse card 6
presse card 7